Toute consommation comporte des risques

Toute consommation comporte des risques! Le risque fait partie intégrante de la vie au point même que chaque individu le recherche de manière consciente ou inconsciente. En revanche, la prise de risque peut être plus ou moins « calculée », c’est la question des limites et de la connaissance.

Avant de consommer, nous t’encourageons à te poser la question du pourquoi? qu’est ce que tu recherches? jusqu’où souhaites-tu aller? et de te renseigner aux mieux sur les éventuelles conséquences négatives que peut entraîner la consommation.

Renseigne toi sur ce que tu achètes !

Renseigne-toi au préalable sur les effets et effets secondaires de la substance, ainsi que sur la dose recommandée.

Garde un esprit critique. Lors de l’acquisition de drogues, que ce soit sur le marché noir, dans ton cercle d’amis ou sur internet tu fais face à un risque difficile à évaluer: tu ne sais jamais exactement si tu as obtenu le produit souhaité, à quel point la teneur en substance active est élevée et quels produits de coupe sont présents.

Fais analyser ta substance au Drug Checking lorsque c’est possible. Pour déterminer la quantité et la nature exacte des substances actives ainsi que la présence de dangereux produits de coupe, une analyse chimique est nécessaire. Lorsque la véritable teneur en substance active de ton produit est connue, sois prudent avec le dosage et lorsqu’ aucune analyse n’est possible, commence toujours par tester d’abord une petite dose !

Règles générales de Safer Use

  • Renonce aux mélanges (également avec l’alcool)
  • Dose prudemment tes substances ! les dosages risqués dépendent de ton poids, de ton organisme et de la pureté des substances.
  • Fais analyser tes substances au Drug Checking.
  • Commence par essayer une petite quantité de substance. Attends au moins deux heures et évalue les effets. Les substances psychoactives prennent plus ou moins de temps pour déployer leurs effets. Attends avant de prendre une autre dose!
  • Prépare bien tes soirées. Ne consomme des substances psychoactives que quand tu te sens en forme physique et psychologique.
  • Pendant la soirée, va prendre l’air de temps en temps. Hydrate-toi suffisamment (au moins 3 dl par heure, voire plus s’il fait chaud).
  • Ne consomme jamais seul.e. Fais attention à tes ami.e.s. En cas de problèmes, ne laisse personne sans surveillance. Appelle rapidement les secours.
  • Respecte les règles su safer sex !
  • Ne conduis jamais un véhicule quand tu es sous l’influence de drogues ou de l’alcool.
  • Après la soirée, prévois du temps pour te reposer. Nourris-toi sainement en privilégiant les vitamines.
  • Il est punissable de consommer, d’acheter, de posséder ou de vendre la plupart des drogues.

News

RaveParty du Bois des Frères le 12.10.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrent à quel point interagir avec autrui procure moins de plaisir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies co

Conférence HUG 25.11.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones. De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrentsir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.

test

test

tes

tes

test

test