Ce que nous proposons

La permanence Drug checking est ouverte chaque lundi (17h-20h). Tu peux y faire analyser tes substances, discuter de ta consommation et réfléchir à la manière dont tu peux réduire les risques pour ta santé. Le service est anonyme et gratuit !

ANALYSE DE PRODUIT

L’analyse en laboratoire fournit des informations précises sur la composition (qualitatif) et le dosage (quantitatif) des substances testées. Elle permet d’identifier les éventuels produits de coupe dangereux et de connaître la concentration de substance active présente dans ton échantillon.

Tu peux y faire analyser tous types de drogues de synthèse (cocaïne, MDMA, amphétamines, lsd, kétamine, nouvelles substances de synthèse, etc.). Nous analysons également les échantillons de cannabis, mais uniquement pour détecter la présence éventuelle de cannabinoïdes de synthèse. Penses à nous contacter si tu souhaites faire analyser une substance plus “exotique”, nous pourrons alors te renseigner sur la faisabilité et les délais de l’analyse.

La quantité nécessaire pour l’analyse est de 20mg pour les poudres, 2 gouttes pour les liquides, une moitié pour les comprimés (amène la pilule entière pour la photo) et le buvard entier.

Les résultats d’analyses sont disponibles sous 3 jours. Ils sont rendus le jeudi (17h-20h) par téléphone ou sur place. Les délais peuvent allers jusqu’à 15 jours pour obtenir les résultats quantitatifs de certaines substances (cannabis, certaines NPS).

INFORMATIONS ET CONSEILS

L’analyse est proposée dans le cadre d’un entretien-conseil. Cet entretien dure 30min environ. Il est l’occasion d’échanger et de réfléchir sur les conséquences des substances consommées et d’envisager des stratégies de réduction des risques. Nuit blanche met également à ta  disposition des documents d’information ainsi que du matériel de réduction des risques.

Consultation DC+

Tu souhaites  approfondir la discussion ? Faire le point sur ta consommation ? Débriefer un trip plus difficile ? Etre redirigé vers un service spécialisé ?

Cette consultation est anonyme, gratuite et sans aucun engagement. Si tu le souhaites, tu pourras être aiguillé.e vers d’autres services d’aide.

Informations pratiques

QUAND ?

Dépôt des échantillons et entretien personnalisé
Tous les lundis (17h-20h)
Avec ou sans RDV. Prise de rdv par mail drugchecking@nuit-blanche.ch, ou par téléphone (022 733 70 50) les lundis entre 13h et 17h

Restitution des résultats
Tous les jeudis (17h-20h)
Par téléphone ou sur place

OÙ ?

Local Nuit blanche
Rue Jean-Jacques-De-Sellon 6 – 1201 Genève
Accès par la rue de la Sibérie (au fond de la cour)

News

RaveParty du Bois des Frères le 12.10.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrent à quel point interagir avec autrui procure moins de plaisir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies co

Conférence HUG 25.11.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones. De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrentsir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.

test

test

tes

tes

test

test