DMT

Le DMT (N,N-diméthyltryptamine) et le plus puissant 5-Me0-DMT (5-méthoxy-N,N-diméthyltryp­tamine) sont des psychédéliques naturels que l’on trouve dans des plantes, chez des animaux et chez l’être humain, mais ils sont aussi la plupart du temps fabriqués de manière synthétique.

Aspect: Résine, poudre ou masse molle; substance cristalline. Tisane d’Ayahuasca; Changa: mélange à fumer de DMT et d’inhibiteurs MAO.

Modalités de consommation: le DMT est fumé ou sniffé, rarement avalé (surtout sous la forme d’Ayahuasca). Le 5-MeO est fumé, sniffé et plus rarement injecté.

Dosage: DMT: 10-max. 60 mg fumé (possible uniquement avec une pipe en verre), Changa (fumée comme un joint), 20 – 50 mg sniffé. 5-me0-DMT: 2-max. 15 mg fumé, 6-max. 20 mg sniffé.

Effets

Catégorie de substances: Psychédélique

La pression sanguine et le pouls augmentent, les pupilles se dilatent. Brève euphorie, modification de la perception du temps (ralentissement). Plongée dans des univers bizarres, séparation du corps et de l’esprit, dépersonnalisation, dissolution du «moi» et sentiment d’unité avec le monde, les expériences de quasi-mort sont fréquentes. Avec le 5-MeO s’ajoute également la perception de motifs colorés superposés et palpitants. La tryptamine joue probablement un rôle clé dans l’expérience de rêves et d’états de conscience extraordinaires.

Début des effets: fumé après quelques sec., sniffé après quelques min., avalé (DMT) après 60 min.

Durée des effets: sniffé entre 10 et 45 min. et avalé (DMT) jusqu’à plusieurs heures. Après env. 10 min. l’effet commence à diminuer mais demeure encore environ 30-60 min.

Durée des effets secondaires: Jusqu’à 8h !

Risques et effets secondaires

Dans la mesure où les pertes de contrôle et états d’anxiété sont relativement fréquents, le DMT n’est pas une drogue festive ! La consommation de DMT entraîne le plus souvent des nausées et vomissements. A cela s’ajoute : une augmentation de la fréquence cardiaque, une respiration légèrement accélérée, une pression sanguine plus élevée, des pupilles dilatées, une production accrue de salive, des tremblements, de l’agitation et des maux de tête ainsi que des troubles de la motricité. Le sentiment d’être en apesanteur ou de tomber peut également se manifester. Les fortes modifications de la perception et la dissolution de sa propre identité peuvent être vécues comme traumatisantes (Bad trip) pour certaines personnes.

Risques à long terme: Des troubles permanents au niveau de la perception de soi-même et de la réalité sont possibles. Des psychoses latentes (vulnérabilité) peuvent éventuellement se révéler.

Safer Use

  • Ne prends pas de DMT si tu crains un effet psychédélique puissant. La peur peut conduire à des expériences négatives.
  • Ne consomme pas de DMT quand tu es seul! Le DMT est à consommer allongé, dans un milieu protégé (pas en soirée) et en compagnie d’amis expérimentés en qui tu as confiance.
  • Sois prudent avec le dosage. N’en reprend pas sur-le-champ.
  • Évite les mélanges irréfléchis et inconsidérés avec d’autres substances! La prise de DMT avec de l’alcool en fausse l’effet et peut produire des effets secondaires extrêmement désagréables.
  • Les personnes atteintes d’hypertension ne devraient pas consommer de DMT.
  • Même lorsque l’effet semble bref, ne sous-estime pas la durée des effets secondaires qui peuvent durer plusieurs heures (capacité à conduire des véhicules, etc.)
  • Fais des pauses pendant lesquelles tu ne consommes pas. Prends le temps de digérer calmement ton «trip».

News

RaveParty du Bois des Frères le 12.10.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrent à quel point interagir avec autrui procure moins de plaisir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies co

Conférence HUG 25.11.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones. De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrentsir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.

test

test

tes

tes

test

test