Vision et mission

Nuit blanche est une action de réduction des risques liés aux consommations de drogues récréatives et en milieu festif. Crée en 2005 par 10 institutions et associations genevoises actives dans le domaine de la prévention et des addictions, Nuit blanche est depuis 2017 un dispositif à part entière de l’association Première ligne.

Nombreuses sont les personnes qui a un moment ou l’autre de leur vie s’expérimentent à la consommation de substances psychoactives. Cette consommation peut être occasionnelle, liée à un contexte bien défini, festif notamment, avec une recherche de plaisir et de sensations. Elle peut aussi devenir plus régulière, parfois problématique, aux yeux des consommateurs comme de leur entourage. Nuit blanche est là pour accompagner les personnes dans ce choix de consommation, et ainsi en limiter les risques et conséquences sur la santé physique et psychique.

Bien qu’elle puisse être liée à la notion de fête et de plaisir, toute consommation comporte des risques. Or les personnes consommatrices ne disposent pas toujours des informations nécessaires. Tant que leur consommation ne leur pose pas de problème majeur, rares sont le personnes qui ont recours à des structures de prévention ou de soutien, et le flot de contenus disponibles sur le web ne garantit souvent pas l’accès à un information objective et de qualité. Les différentes substances ont des potentiels de dépendance et de dommage très différents. Les effets de la consommation à long terme de certaines substances (drogues de synthèse) ne sont pas encore bien connus sur un plan scientifique et la qualité de ces substances est souvent inégale. Il est important de tenir compte des risques spécifiques liés au dosage et aux modes de consommation, ainsi qu’aux interactions entre les substances.

Pour Nuit blanche, si “tu consommes, tu t’informes.” L’accès à une information objective et de qualité est le point de départ vers une démarche de réduction des risques chez les personnes consommatrices de substances. Le dispositif poursuit les objectifs suivants :

  • Favoriser l’accès des personnes concernées à l’information sur les conséquences des produits consommés
  • Accompagner les personnes consommatrices dans une démarche de réduction des risques
  • Favoriser l’accès aux structures de soutien pour les personnes souffrant de problèmes liés à leur consommation
  • Accroître le niveau de connaissance de la population en général
  • Améliorer la perception globale de la situation à Genève et en Suisse

Activités

Nuit blanche c’est :

Une action en milieu festif (Nightlife)

Nuit blanche est présente dans divers lieux et évènements festifs et met à ta disposition :

  • un espace d’accueil, d’écoute et de dialogue
  • du matériel d’information et de réduction des risques (documentation, roule ta paille, préservatifs, boules quies, eau, etc.)
  • des adresses de lieux d’information et soutien vers lesquels t’orienter si besoin
  • un service de Drug checking mobile, lors d’événements ponctuels

Une permanence d’analyse de substance (Drug checking)

Nuit blanche t’accueille aussi dans ses locaux et te propose :

  • une analyse qualitative et quantitative de ta substance
  • un entretien conseil centré sur ta consommation et tes besoins (également sans analyse)
  • du matériel d’information et de réduction des risques
  • des adresses de lieux d’information et soutien vers lesquels t’orienter si besoin

Une offre d’information et de conseil en ligne (Conseil)

Nuit blanche est présente par le biais de différents outils en ligne et te propose:

  • de l’information sur les substances, les risques ainsi que des outils de réduction des risques en ligne
  • une offre de consultation en ligne sur Safezone.ch
  • une communauté d’échange sur Discord

News

RaveParty du Bois des Frères le 12.10.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrent à quel point interagir avec autrui procure moins de plaisir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies co

Conférence HUG 25.11.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones. De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrentsir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.

test

test

tes

tes

test

test