Méthamphétamine

La méthamphétamine (N- methylamphétamine) est un dérivé synthétique de l’amphétamine. Comme la méthamphétamine atteint le cerveau plus rapidement que l’amphétamine et que son effet stimulant est plus fort, l’effet est plus puissant et le potentiel de dépendance est plus élevé que celui des amphétamines.

Aspect: pilules (yaba, pilules thaïes, Pervitin®), poudre cristalline (« crystal », « ice », « pico »).

Modalités de consommation: la méthamphétamine s’avale, se sniffe et plus rarement se fume ou s’injecte.

Dosage: entre 5 et 40 mg, selon le degré de pureté et le mode d’absorption.

Effets

Catégorie de substances: Stimulant

La noradrénaline et la dopamine sont libérées en même temps ce qui induit : augmentation de la performance, renforcement de la confiance en soi, euphorie, désinhibition et augmentation du désir, la méthamphétamine est de ce fait également
utilisée comme « drogue sexuelle ». Les sensations de faim et de fatigue s’estompent. Propension à la prise de risques, insensibilité à la douleur, extrême nervosité et besoin accru de parler sont d’autres effets. La température du corps augmente, le pouls et la respiration s’accélèrent, la pression sanguine s’accroît. La méthamphétamine est difficile à éliminer.

Début de l’effet: sniffée après env. 10 à 20 min, avalée après 30 à 45 min, fumée après quelques secondes.

Durée des effets: de 6 à 12 heures. A hautes doses, l’effet peut facilement se prolonger au-delà de 24 heures, la méthamphétamine est difficile à éliminer.

Durée des effets secondaires: jusqu’à 70 heures.

Risques et effets secondaires

Les effets secondaires à court terme sont: tension des mâchoires, dessèchement de la bouche, augmentation de la température corporelle, forte déshydratation, accélération du rythme cardiaque, augmentation de la pression sanguine, tremblements, irritabilité et comportement agressif (surtout en combinaison avec l’alcool).

Risques à long terme: Fort potentiel de dépendance avec des symptômes physiques et psychiques. Gros cafard, état dépressif, agressivité et fort besoin de consommer se manifestent en cas de consommation régulière. Un état d’agitation permanente, des troubles du sommeil et de la circulation sanguine, accès de paranoïa (jusqu’à psychose des amphétamines). D’autre part, perte de poids, inflammations de la peau, chute des dents, dommages aux reins et aux poumons, maux et crampes d’estomac peuvent apparaître. Chez les femmes un dérèglement du cycle menstruel est possible. Le sniff endommage les muqueuses nasales, l’ingestion celles de l’estomac. La fumée attaque les poumons et augmente le risque de cancer. Une consommation chronique favorise les hémorragies cérébrales et les attaques d’apoplexie avec paralysies subites. On suppose que la consommation de méthamphétamine peut provoquer des modifications et des dommages irréversibles au niveau du cerveau.

Safer Use

  • Planifie suffisamment de temps pour la consommation et la récupération.
  • Dose faiblement, ne reconsomme pas juste après, la méth­amphétamine est une substance très puissante.
  • Respecte les règles du « safer snffing » et du « safer sex ».
  • Mange suffisamment avant et après avoir consommé pour prévenir la perte de poids et prends des vitamines C et D, ainsi que des sels minéraux (fer, calcium et magnésium).
  • La descente après la consommation de méthamphétamine est très importante, prévois donc des pauses dans ta consommation.
  • Après la consommation de méth­amphétamines, tu devrais attendre au moins quatre semaines avant de reconsommser.
  • Les personnes atteintes de maladies psychiques, d’hypertension, de maladies du foie et des reins, les diabétiques et les femmes enceintes ne devraient pas consommer de méth­amphétamine.

Attention: effet prolongé !

Ces substances psychoactives induisent un potentiel d’action très long, persistant sur plusieurs jours. A cela s’ajoute les effets secondaires qui apparaissent après le véritable effet. Sois donc attentif à t‘accorder suffisamment de temps pour le trip, la descente et la récupération. Et ne consomme jamais une nouvelle dose tout de suite après !

News

RaveParty du Bois des Frères le 12.10.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrent à quel point interagir avec autrui procure moins de plaisir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies co

Conférence HUG 25.11.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones. De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrentsir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.

test

test

tes

tes

test

test