Tabac / Nicotine

La nicotine est neurotoxique et se présente sous forme synthétique ou en quantités variables de feuilles de tabac. Ces feuilles contiennent plus de 4000 principes actifs. A côté de la nicotine, les substances associées sont: le goudron (responsable du goût), le monoxyde de carbone, le benzol, le cadmium, la nitrosamine, le cyanure d’hydrogène, l’azote, l’acide cyanhydrique, etc.

Aspect: tabac, cigarettes, cigares, tabac pour la pipe, tabac à rouler, tabac à priser, tabac à chiquer. Synthétique: liquide (le plus souvent en cartouches).

Modalités de consommation: le tabac est le plus souvent fumé, plus rarement prisé ou chiqué. La nicotine est vapotée avec les e-cigarettes. La nicotine ne se mange pas !

Dosage: dépend de la personne et du mode de consommation, entre 0.2 et 2 mg de nicotine. La dose mortelle de nicotine est d’env. 60 mg pour les adultes, et nettement inférieure pour les enfants et les adolescents.

Effets

Catégorie de substances: Stimulant

La nicotine a un effet stimulant, à hautes doses elle calme également et détend les muscles. Elle réduit le sentiment de faim, d’anxiété et d’agressivité.

Début des effets: le fait d’allumer une cigarette libère aussitôt de la nicotine. Celle-ci, associée à des particules de goudron, arrive tout d’abord dans les poumons, avant de passer dans le sang. Après 7 secondes, les molécules de nicotine arrivent au cerveau.

Durée des effets: 10 à 30 minutes

Effets secondaires: 1 à 3 heures

Risques et effets secondaires

Accélération du pouls, rétrécissement des vaisseaux sanguins, baisse du taux d’oxygène dans le sang lorsque le tabac est fumé. Affaiblissement de l’odorat et du goût, migraines. En cas de consommation régulière: hausse de la pression sanguine et de la fréquence cardiaque, sécrétion accrue d’adrénaline et stimulation de l’activité digestive. Le plus souvent, lors d’une première consommation ou de reprise de la consommation: chute de la pression sanguine, baisse de la température de l’organisme, nausées/envie de vomir et sentiment de vertige.

Risques à long terme: Les substances annexes du tabac (et non la nicotine) sont responsables des conséquences bien connues de la fumée: risques plus élevés de maladies cardiaques et respiratoires (asthme, bronchite chronique, infarctus, attaque d’apoplexie, thrombose, cancer du poumon), dommages au niveau des muqueuses de l’estomac (risque d’ulcères). La nicotine fait partie des substances à très fort potentiel de dépendance avec symptômes physiques et psychiques. Les symptômes de sevrage sont: dépression, angoisse, agitation, troubles du sommeil et (à long terme lors d’abstinence) prise de poids. La prise de certains médicaments (comme la pilule contraceptive p. ex.) liée à une forte consommation de tabac affecte la circulation sanguine (risque de thrombose!).

Safer Use

  • Fais régulièrement des pauses de plusieurs jours à la suite de tes consommations.
  • Fais des pauses au grand air, cela réduit le risque de maux de tête.
  • Le vapotage de nicotine est moins nocif que la fumée. On ne connaît pas encore les risques à long terme du vapotage de nicotine.
  • Les personnes souffrant de problèmes cardiaques et de circulation, de troubles de la respiration et des poumons (asthme, bronchite chronique) ne devraient pas consommer de tabac.
  • Ne fume pas en présence d’autres personnes, n particulier les enfants. La fumée passive est nocive.

E-cigarettes

Les e-cigarettes contiennent de la nicotine liquide, vapotée avec d’autres substances adjuvantes. Vapoter est beaucoup moins nocif que fumer des cigarettes. Les effets à long terme sont pourtant encore mal connus. Par exemple, la vapeur de certaines e-cigarettes contiennent des subtances cancérigènes (aldéhyde). La consommation régulière d’e-cigarettes contenant de la nicotine conduit, comme les cigarettes, à une dépendance à la nicotine.

News

RaveParty du Bois des Frères le 12.10.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrent à quel point interagir avec autrui procure moins de plaisir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies co

Conférence HUG 25.11.20

Manque d’empathie, désintérêt pour autrui, les troubles de la sociabilité sont fréquents chez les cocaïnomanes. Une étude suisse montre que l’usage régulier de drogue perturbe le fonctionnement de certains groupes de neurones. De la dépression à la paranoïa, les effets psychiques de la cocaïne sont nombreux. Sans présenter des troubles aussi sévères, nombre de consommateurs réguliers démontrent des perturbations comportementales, surtout dans le cadre de leurs interactions sociales. En plus des conséquences sur leurs relations, ce déficit relationnel peut aussi nuire à l’efficacité des thérapies cognitives. Dans une étude publiée lundi dans la revue PNAS, des chercheurs zurichois montrentsir aux cocaïnomanes qu’aux non-consommateurs.

test

test

tes

tes

test

test